• Musée d'Ixelles (map)
  • 71, Rue Jean Van Volsem
  • Ixelles, Bruxelles, 1050
  • Belgium

15 juin – 24 septembre 2017

À la fin des années 1940, dans un contexte politique tourmenté par la guerre civile suivi de la prise du pouvoir par Mao Zedong, de nombreux Chinois quittent le continent pour trouver refuge à Taïwan. Dans ce nouveau monde qui s’ouvre à eux, les artistes découvrent peu à peu l’art abstrait des écoles de New York et de Paris.

En 1958, le séjour de Zao Wou-Ki à Hong-Kong a un grand retentissement auprès des jeunes artistes taïwanais qui découvrent, à travers les journaux qui publient ses dernières œuvres, qu’un compatriote, au fait de la modernité parisienne, a suivi la voie de l’abstraction.

L’abstraction devient alors, pour eux, un moyen de s’inscrire dans la modernité internationaletout en exprimant leurs racines profondes. Au croisement de l’Orient et l’Occident, ils inventent un art sans équivalence qui conduit à un renouveau de la peinture chinoise du XXe siècle.

Tous droits réservés

Tous droits réservés