CHAR René, extrait de "Le dos houleux du miroir", préface du catalogue de l’exposition Zao Wou-Ki, 1971-1975 de la Galerie de France à Paris, Edition Galerie de France et Arts et Métiers Graphiques, Paris, 1975.

"Qu’on me passe cette entrée en peinture, par la relation d’un état personnel. Mes dispositions envers l’œuvre de Zao Wou-Ki sont de trois ordres : une liaison grave avec le graphisme de son jeune commencement. La couleur s’y trouve en éclaireuse échiquetée, presque en semi-nomade. Les formes suivent docilement la main de l’artiste, parcourant des distances dont un art lointain nous a appris la valeur durable. L’abandon de ce dialogue initial porte à la rencontre d’un chaos second qu’on croirait à la veille de se couler dans une figure égarée aux abords de cavités profondes. Elles l’appellent, mais lui demeure en suspens dans l’étendue. Là perce le sortilège aérien et tellurique d’Orphée voyageur. Tous les éléments qui composent l’œuvre produisent entre eux d’une manière continue. Comme ligne de démarcation passagère, celle au soir du partage des couleurs dans un ménage tumultueux. Enfin une prophétie dont le reflet ne souffrirait pas la référence au miroir d’une libido personnelle. (…)"

orange dot   Retour sur la liste