CHESSEX Jacques, extrait de la préface du catalogue de l’exposition Zao Wou-Ki à la Galerie Jan Krugier de Genève, Edition Galerie Jan Krugier, Genève, 1990.

(…) "Ainsi les récentes peintures de Zao Wou-Ki se montrent-elles infiniment réfractaires à toute angoisse, à toute obsession du temps. Ignorant l’usure, le vieillissement, la destruction. Témoignant d’une confiance aérienne et immédiate dans les pouvoirs de la peinture pure, et leur jeunesse atteint simultanément l’élémentaire à force d’abstraction, - d’attention à cette quintessence fraîche et première qui est le produit d’années de patiente synthèse, de savante évolution plastique et philosophique. Une métamorphose vers la fraîcheur. Une idéalisation transparente des circonstances de la vie et des remises en question, des haltes, de tout un métier tendu – maintenant ce jaillissement printanier dans la matière transfigurée."

" Il y a cet effet d’élévation, pareil à la méditation qui passe par la sublimation de la matière, demeurée là pourtant miraculeusement présente et compacte, vers l’essentiel et le cosmique. Il y a la merveille sensuelle, pulpeuse, de ces espaces peints. Et il y a que cette œuvre, dont la figure humaine est absente, concentre à un degré très fort le pouvoir d’inspirer la trace de l’homme, sa mémoire, et la mémoire de tous ses passages dans le terrestre et dans le sublime. (…)."

orange dot   Retour sur la liste