de CORTANZE Gérard, extrait de « Zao Wou-Ki, le peintre qui regarde autrement » in Zao Wou-Ki, Yves Bonnefoy et Gérard de Cortanze, Éditions La Différence – Enrico Navarra, Paris, 1998 (pp. 52-53).

"(…) Je pense à une toile d’une intensité qui confère à l’épiphanie : 12.10.70. Un grand champ de vert vibratoire, une étendue vacante pleine de vacarme, une trouée dans la forêt, un coin de ciel mangé par des feuilles, une grotte, l’esquisse d’un mouvement ascendant. Mais surtout une immense joie, un plaisir. C’est étrange. Zao Wou-Ki qui n’est pas religieux atteint dans certaines toiles une joie qui confine à la religiosité. L’univers, dans son énergie, est là, incontestablement. Cette toile, comme quelques autres, réinvente la vie, lui donne un sens, fait habiter notre condition humaine par un morceau de divin. La toile absorbe l’être, le happe, manifeste la puissance de l’univers. D’où vient cette force ? Comment peut-on à ce point mettre en harmonie le ciel et la terre et l’offrir aux hommes ? Paul Klee, dans son journal, évoque la lumière et l’ombre qui sont la matière du monde graphique, rappelle que le peintre préoccupé par la forme, comprend qu’il existe le « reste ». C’est ce « reste » que fait venir Zao Wou-Ki dans ses tableaux. Ce « reste » qui est conscience éveillée et création, qui aide à frayer un chemin dans la voie formelle, qui fait demeurer l’espoir entre le visible et l’invisible, le périssable et l’impérissable. Dans le plaisir de peindre, le mouvement peut être immobile, alors son immobilité sera celle du miroir, et sa réponse, celle de l’écho. Zao Wou-Ki dresse un miroir et y fait venir de l’écho. Dans l’atelier, quand je regarde la toile, je peux toucher du doigt cette immobilité, je suis pris dans l’écho, et lorsque Zao Wou-Ki parle l’émotion me gagne. Sa peinture s’ouvre sur un autre monde, que je connaissais déjà, mais sans le savoir. Lui, le peintre, me met face au domaine du sacré, il souligne la distance qui m’en sépare, et me propose de l’amoindrir, de la rendre plus humaine. (…)".

orange dot   Retour sur la liste