FRECHES José, extrait de « Le souffle et l’âme » in Zao Wou-Ki – Œuvres, écrits, entretiens, Éditions Polígrafa, Barcelone et Éditions Hazan, Paris, 2007 (p. 14-15).

(…) "A un élève de l’école des beaux-arts de Hangzhou – où il a été invité à enseigner pendant un mois au printemps de 1985 – qui lui demande comment il fait pour peindre ses toiles, Zao Wou-Ki répond sans barguigner :

- Je ne sais pas montrer. Je sais seulement peindre.

Ce propos, typique de celui d’un maître taoïste à son élève, résume mieux que tout autre ce qu’est Zao Wou-Ki ; un artiste entièrement tourné vers la toile qu’il va recouvrir de couleurs – tout de suite, pas demain car demain est un autre jour ! – dans le silence de son atelier où il s’enferme à l’écart du monde. (…)

Au tout début, la toile est vide. C’est ce vide qu’il va falloir remplir, combler, mais aussi, parfois, préserver et réserver. Exalter le vide, combler le vide … Traduire le « non existant » au moyen de formes et de couleurs sur une toile qui, elle, existe bel et bien … une toile – un objet ! – que l’artiste va devoir défier, avec laquelle il va falloir se colleter parfois en la griffant, parfois en la caressant et en lui murmurant des mots doux, telle une femme qu’il faut séduire … une toile qui, à force d’endurer, est également capable de se venger de son « agresseur » en le contraignant à tout gratter et à recommencer son travail, tel Sisyphe et son rocher …

La facilité d’exécution n’est qu’apparente. Ce que l’on croit être le résultat d’un premier jet est en réalité la conséquence de processus itératifs complexes faits de superpositions de couleurs différentes et de repentirs indéfiniment recouverts.

La magie du Sans-Forme – celle du tao lui-même ! -, du vide, de sa richesse, de sa profondeur, de sa complexité, de ses ressorts ultimes, des sensations, des émotions qu’il procure à ses intimes, des faveurs qu’il accorde à ceux qui le connaissent bien parce qu’ils arrivent à se dépouiller de tout et à faire, comme on dit, « le vide dans leur tête », tout cela n’est pas facile à capturer, à consigner, à retracer et à transmettre. (…)."

orange dot   Retour sur la liste