PEI Ieoh Ming, extrait de la préface du catalogue de l’exposition Zao Wou-Ki. Encres de Chine 1982-1996. A tribute to Pierre Matisse à la Jan Krugier Gallery de New York, Edition Jan Krugier et Maria Gaetana Matisse, New York, 1996.

"Au printemps 1971, Eileen mon épouse et moi avons rendu visite à nos vieux amis les Zao (…). Il me montra cependant un portfolio de peintures à l’encre qu’il avait faites pour se distraire. Ces tableaux étaient les premiers essais de peinture à l’encre de Chine traditionnelle sur papier depuis qu’il avait quitté la Chine pour la France en 1948. Il m’affirma ne pas avoir été influencé par la peinture traditionnelle chinoise.

J’étais subjugué… Le tracé était aérien, tout en étant infiniment nuancé. Mais le plus important, à mon avis, était que ces peintures à l’encre parlaient le même langage que ses huiles, malgré les grandes différences qui existent entre ces deux techniques. Je me souviens combien j’avais été impressionné en découvrant qu’il était un peintre de tradition occidentale, inspiré par une sensibilité esthétique chinoise. Cette sensibilité est la clef de voûte de son évolution en tant qu’artiste. (…)."

orange dot   Retour sur la liste