« Je peins ma propre vie, mais je cherche aussi à peindre un espace invisible, celui du rêve, d’un lieu où l’on se sent toujours en harmonie, même dans des formes agitées de forces contraires » Zao Wou-Ki *

Lire l'article

Zao Wou-ki Triptyque 1982, 200×525 cm, ©gersendedefoucaud

Zao Wou-ki Triptyque 1982, 200×525 cm, ©gersendedefoucaud

Zao Wou-Ki fondation Gianadda- Inauguration par D. de Villepin. Décembre 2015 ©TheGazeofaParisienne

Zao Wou-Ki fondation Gianadda- Inauguration par D. de Villepin. Décembre 2015
©TheGazeofaParisienne