la-succession
 
 
2015

Le Centre Culturel de Chine à Paris présente une exposition d’estampes et de peintures récentes qui avait été décidée du vivant de l’artiste. C’est la première exposition en France après le décès de l’artiste.

Pour honorer la mémoire de Zao Wou-Ki, plusieurs donations sont faites par son épouse Françoise : le musée cantonal des beaux-arts de Lausanne reçoit la donation de la grande toile Hommage à Edgar Varèse – 25.10.64 (255 x 345 cm) et le Musée de La Poste à Paris les neuf aquarelles qui avait été faites pour la création du timbre Zao Wou-Ki en 1995.

Le Musée d’art de Pully vers Lausanne en Suisse présente l’exposition Zao Wou-Ki et les poètes, consacrée aux livres de bibliophilie illustrés et aux estampes de l'artiste. Cette exposition est également l’occasion de compléter les collections de ce musée avec une cinquantaine d’estampes et quelques livres de bibliophilie donnés par son épouse Françoise.

La collection personnelle de Zao Wou-Ki, nourrie des échanges avec ses amis peintres tout au long de sa vie, est donnée en entier en octobre au musée de l’Hospice Saint-Roch d’Issoudun.

Deux institutions suisses mettent Zao Wou-Ki à l’honneur à l’automne : la Fondation Bodmer à Cologny, vers Genève, explorent ses relations avec Henri Michaux, tandis que la Fondation Pierre Gianadda à Martigny organise une vaste rétrospective de son œuvre.


2016

Le Musée de Nantong en Chine présente au printemps une exposition d’estampes et de livres illustrés de l’artiste. Il s’agit d’un retour aux sources car Zao Wou-Ki a passé son enfance à Nantong ; il y a effectué ses premières années d’étude avant d’intégrer l’école des beaux-arts de Hangzhou en 1935.

Le musée de l’Hospice Saint-Roch d’Issoudun organise l’exposition de la donation de la collection personnelle de Zao Wou-Ki, accompagnée d’une trentaine d’œuvres de l’artiste. L’exposition est accompagnée d’un livre qui retrace ces compagnonnages amicaux avec les artistes de sa génération, abondamment documenté et illustré.

La collection d’objets chinois de Zao Wou-Ki et un important ensemble d’œuvres sur papier et de céramiques réalisées par l’artiste entre 1947 et 2005 sont donnés au musée Cernuschi à Paris. La donation est dévoilée de juin à octobre. L’artiste est ainsi présent au sein des collections du premier musée français à avoir présenté ses œuvres en 1946, avant même son arrivée à Paris.

L’épée d’académicien de Zao Wou-Ki ainsi qu’un carnet d’études de nus et une sélection de dessins figuratifs des années 1948-1949 viennent enrichir les collections de l’académie des beaux-arts de Paris. Ils sont solennellement reçus par l’Académie des beaux-arts le 24 juin. Déposés au Musée Marmottan-Monet, ils sont présentés au public à partir du mois d’octobre et durant l’année 2017.

2016-2017

L’exposition organisée par le Colby College Museum de Waterville est présentée du 9 septembre 2016 au 08 janvier 2017 à l’Asia Society Museum de New York, avant d’être présentée au Colby College Museum dans le Maine (USA) du 04 février au 04 juin 2017. Elle est l’occasion de montrer les liens entre Zao Wou-Ki et les États-Unis où il expose dès les années 1950 et dont les musées conservent de nombreuses oeuvres importantes.

2017

La Galerie Lévy Gorvy de New York confronte pour la première fois les œuvres de Willem de Kooning et de Zao Wou-Ki. Cette exposition originale illustre la place de choix de ces deux artistes dans les grandes collections muséales américaines (Hirshhorn Museum de Washington, MoMa de New York, Art Institute of Chicago) ainsi que dans de prestigieuses collections particulières.



Françoise Marquet and Yann Hendgen