Presse  20.07.18

Le Soir, « Zao Wou-Ki en ses jardins secrets » par Nicolas Crousse

Face aux fresques de Zao Wou-Ki, on est comme face au peintures noires de Goya, aux nymphéas de Monet, aux marines et aux soleils frontaux de Turner, ou aux portraits clairs-obscurs de Rembrandt. Avec lui, comme chez ses illustres aînés, la peinture est toujours plus que de la peinture.